Poivrons farcis au riz biryani aux épices douces

Le mois de juillet approche à grands pas et avec lui les premiers poivrons. J’avais donc très envie de réaliser une recette à partir de ce légume mais pour changer des petits farcis à la provençale je suis partie sur une inspiration indienne (une cuisine que j’affectionne tout particulièrement).

Les poivrons sont donc garnis d’un riz biryani que je cuis par absorption avec quelques légumes et des épices. C’est un plat que l’on retrouve dans toute l’Inde et sa version varie selon les régions. Il est généralement composé de riz basmati donc (je vous conseille du demi complet pour une meilleure tenue à la cuisson) que l’on fait revenir dans un peu de matière grasse (j’utilise de l’huile de coco à la place du traditionnel ghee) et des épices. Il existe de nombreuses variations végétariennes avec souvent des petits pois, du chou fleur ou encore des haricots. Pour rester dans des produits de saison, j’ai uniquement utilisé un peu d’oignon et de courgette mais libre à vous d’ajouter les légumes que vous avez sous la main.

Pour les épices, j’ai réalisé un mélange plutôt doux (sans piment) avec de la cardamome, de la cannelle, du cumin, du gingembre et du curcuma. Le plat est donc relevé et très parfumé mais pas piquant.

En dernière touche, vous pouvez aussi ajouter un peu de yaourt de coco au moment de servir pour apporter un peu de fraîcheur.

Quantités pour 2/3 personnes – temps de préparation : 10 minutes – temps de cuisson : 20/25 minutes

Ingrédients :

  • 3 poivrons
  • 150 gr de riz basmati demi complet + 2,5 volumes d’eau pour la cuisson
  • 1/2 oignon (+/- 50 gr)
  • 1 petite courgette (+/- 120 gr)
  • 15 gr d’huile de coco (non désodorisée)
  • 1/4 cc de cardamome en poudre *
  • 1/4 cc de gingembre en poudre
  • 1/2 cc de graines de cumin
  • 1/2 cc de curcuma en poudre
  • 1/4 cc de cannelle en poudre
  • 15 + 5 gr de noix de coco râpée
  • une douzaine de noix de cajou
  • une tige de coriandre fraîche
  • sel

Notes :

*toutes les quantités d’épices sont indiquées en cuillères à café car j’utilise des cuillères doseuses (système métrique anglo-saxon). C’est très utile pour les petites quantités que l’on peut difficilement peser (à moins d’avoir une balance de cuisine très précise). Vous pouvez tout à fait faire sans, veillez juste à garder les mêmes proportions entre les épices pour respecter la recette. Enfin, les goûts des épices peuvent varier selon leur fraîcheur et la marque (Cook pour moi), les quantités sont donc là à titre indicatif mais n’hésitez pas à goûter !

Étapes de la recette :

Laver et couper les poivrons en deux. Retirer les graines et les parties blanches à l’intérieur et laisser les tiges. Déposer les sur une plaque, ajouter deux pincées de sel et faire cuire au four à 180 degrés pendant 20/25 minutes (ils doivent être légèrement fermes).

Faire chauffer l’huile de coco dans une poêle. Détailler l’oignon et la courgette en petits dés et réserver.

Ajouter toutes les épices (cardamome, cannelle, curcuma, cumin, gingembre) et la noix de coco (les 15 gr) dans la poêle et les faire revenir à feu moyen une ou deux minutes. Cette étape (appelée « tempering » dans la cuisine indienne) permet de « réveiller » un peu les épices et d’intensifier leur parfum. Ajouter ensuite l’oignon, laisser revenir 2 minutes puis ajouter la courgette et enfin le riz et prolonger la cuisson 1 minute tout en remuant.

Lz riz est cuit ici par absorption : il suffit donc d’ajouter 2,5 fois le volume du riz en eau (soit ici environ 375 gr d’eau). Saler et baisser le feu sur doux/moyen et laisser cuire pendant 10/15 minutes, le temps que le riz ait absorbé toute l’eau (remuer régulièrement). Si le riz est encore un peu ferme, ajouter une à deux cuillères à soupe d’eau.

Ajouter le riz dans les poivrons, parsemer de noix de cajou grossièrement concassées et du reste de noix de coco et prolonger la cuisson 5 minutes sous le grill, juste le temps de torréfier les noix de cajou (leur saveur est bien meilleure avec une légère torréfaction!).

Servir aussitôt et ajouter quelques feuilles de coriandre et éventuellement une cuillère à soupe de yaourt de coco.

 

 

 

Légumes rôtis aux épices douces, sauce yaourt sésame et chermoula

Pour ce deuxième plat de printemps, j’avais envie de vous proposer une recette idéale pour recevoir. Il n’y a rien de compliqué mais elle demande un peu de temps car il y a plusieurs préparations à faire mais en 45 minutes tout est plié! Il suffit de préparer les condiments pendant que les légumes cuisent.

Et l’avantage, c’est que vous pouvez disposer de grands plats sur la table et chacun se sert comme il le souhaite, c’est plus convivial!

Le gros de l’assiette est composée de légumes rôtis : d’une part, une épaisse « tranche » de chou fleur au cumin et cannelle, et, d’autre part, du fenouil cuit avec un mélange d’orange, d’agave, de cumin et d’huile d’olive. Vous l’aurez compris, il s’agit d’un mélange sucré/salé (comme souvent) 🙂

J’accompagne le tout d’une sauce crémeuse à base de yaourt de soja au tahin et d’une chermoula bien relevée, d’un peu de riz au curcuma et enfin, pour la décoration, des amandes concassées et de la grenade.

En règle générale, c’est ainsi que j’aime construire mes assiettes, en jouant sur les différentes textures, et en ajoutant quelques « toppings » qui vont ajouter de la mâche et des saveurs supplémentaires. C’est là tout ce que j’aime dans la cuisine végétale : assembler différentes petites préparations afin de construire un plat harmonieux.

Chermoula et sauce au yaourt

Quantités pour 4 personnes – temps de préparation : 45/50 minutes (cuisson comprise)

Ingrédients :

Pour le chou fleur

  • 1 petit chou fleur (750/800 gr sans les feuilles)
  • 30 gr d’huile d’olive
  • 1 cc de cumin en poudre (soit environ 4 gr)
  • 1/2 cc de cannelle en poudre (soit environ 2 gr)
  • sel

Pour le fenouil

  • 1 beau fenouil (300/350 gr)
  • 10 gr d’huile d’olive
  • 15 gr de sirop d’agave
  • 30 gr de jus d’orange (soit la moitié d’une orange à jus)
  • le zeste d’une orange
  • 1 cc de graines de cumin
  • sel, poivre de timut*

Pour le riz pilaf

  • 250 gr de riz basmati
  • 1 cs d’huile
  • 1/2 oignon
  • 500 gr d’eau
  • 1 cc de curcuma en poudre (soit environ 4 gr)
  • 1/2 cc de gingembre en poudre (soit environ 2 gr)
  • sel, poivre

Pour la sauce au yaourt

  • 200 gr de yaourt de soja nature sans sucre ajouté
  • 30 gr de tahin
  • 5 gr de jus de citron jaune
  • sel, poivre

Pour la chermoula

  • 1 bouquet de persil
  • 1/3 de bouquet de coriandre
  • 2 petits gousses d’ail
  • 4 cs d’huile d’olive
  • le jus d’un citron jaune
  • 1 cc d’épices au choix (j’ai mis une quantité équivalente de cumin, gingembre, paprika et piment d’Espelette)

Pour servir : 1/4 de grenade, quelques amandes hachées, sésame blond, une demie rondelle d’orange

Notes :

*j’ai utilisé ce poivre du Népal car il a des saveurs d’agrumes mais libre à vous d’utiliser du poivre noir si vous n’en avez pas.

le fenouil avant cuisson
le chou fleur une fois rôti

Étapes de la recette :

Commencer par préchauffer votre four à 190 degrés en chaleur tournante. Couper le fenouil dans le sens de la hauteur en plusieurs morceaux d’épaisseur égale (environ 1,5 cm) et les disposer dans un plat préalablement huilé. Mélanger dans un bol l’huile d’olive, le sirop d’agave et le jus d’orange. Arroser le fenouil puis ajouter un peu de sel et les graines de cumin. Mettre le plat au four.

Passer ensuite au chou fleur : enlever les feuilles et le couper en tranches épaisses de 2/3 cm (vous devriez obtenir 4 belles tranches et 2 petits entames). Déposer les sur une plaque. Dans un bol mélanger l’huile d’olive, le cumin et la cannelle et badigeonner le chou fleur avec. Saler à votre convenance puis enfourner pour 35/40 minutes (le fenouil est un peu plus long à cuire c’est pour cela que nous l’avons mis en premier).

Surveiller la cuisson et passer sous le grill à 200 degrés les 5 dernières minutes.

Pendant ce temps, préparer le riz : faire chauffer l’huile dans une poêle, ajouter y le demi oignon émincé en petits dés et faire revenir avec le riz deux minutes. Ajouter ensuite l’eau, les épices, le sel et le poivre et faire cuire à feu doux/moyen pendant une quinzaine de minutes jusqu’à complète absorption de l’eau. Si le riz est encore un peu ferme, n’hésitez pas à ajouter un peu d’eau.

Préparer la chermoula : ciseler grossièrement les herbes (sauf la base des tiges) et ajouter les dans un petit mixeur (ou dans un mortier). Mixer les avec l’huile d’olive, les gousses d’ail écrasées, le jus de citron, les épices et le sel. Réserver dans un petit bol et ajouter un filet d’huile sur le dessus (pour éviter que les herbes ne noircissent).

Enfin, assembler les ingrédients de la sauce au yaourt dans un bol (yaourt, tahin, jus de citron) et assaisonner selon votre goût.

Pour dresser, j’ai étalé une belle cuillère à soupe de sauce au yaourt dans le fond, puis le chou fleur, un peu de riz, le fenouil et enfin la chermoula. Et pour décorer, quelques amandes grossièrement hachées, de la grenade et du sésame.

Pumpkin spice granola

Encore du potimarron, mais cette fois en version sucrée! Il s’agit d’une adaptation de ma recette préférée de granola que j’avais postée sur instagram et dans laquelle je remplace la banane écrasée par de la purée de potimarron. Et, avec l’arrivée de l’automne, quoi de mieux que d’y ajouter un mélange d’épices façon « pumpkin spice », du sirop d’érable et des cranberries.

J’adore cette recette car elle permet d’obtenir un granola bien croustillant sans mettre trop d’huile ni de sirop. C’est également une base que vous pouvez décliner selon votre envie et varier les épices ou pourquoi pas y ajouter quelques pépites de chocolat.

Avant d’en venir à la recette, je voulais juste faire une petite précision sur le « pumpkin spice ». Il s’agit d’un mélange d’épices traditionnellement utilisé aux Etats-Unis (dans de nombreux plats et desserts de Thanksgiving) et qui se compose de cannelle, gingembre, noix de muscade, clous de girofle et, selon les versions, d’un peu de poivre de Jamaïque. C’est donc finalement une version très similaire à notre « 4 épices » national. Le fameux mélange que l’on retrouve dans le pain d’épices! Et c’est ce que j’ai utilisé ici avec une petite cuillère de cannelle en plus (car le « pumkin spice » est peut être un peu moins corsé que notre 4 épices).

Quantités pour un petit bocal (soit environ 5 portions) – temps de préparation : 10 minutes – temps de cuisson : 40 minutes

Ingrédients :

  • 250 gr de gros flocons d’avoine*
  • 130 gr de purée de potimarron maison*
  • 30 gr de sirop d’érable
  • 20 gr de sucre complet (type muscovado ou rapadura)
  • 20 gr de graines de lin moulues
  • 30 gr d’huile de coco (désodorisée)
  • 40 gr de noix de pécan
  • 20 gr de graines de courge
  • 1 cc rase de cannelle en poudre
  • 1/2 cc de 4 épices
  • 50 gr de cranberrys

Notes :

*j’ai juste mixé la chaire du potimarron avec 2 cs d’eau afin d’obtenir une purée bien lisse

*la taille des flocons d’avoine a son importance dans la réussite de la recette. Avec des petits flocons, je trouve que le granola n’est pas aussi croustillant

Étapes de la recette :

Dans un bol, mélanger la purée de potimarron avec les flocons d’avoine, le sucre, le sirop d’érable, les graines de lin moulues, les noix de pécan grossièrement hachées, les graines de courge, l’huile de coco fondue et les épices.

Étaler le mélange sur une plaque et bien tasser avec les mains.

Faire cuire 25 minutes à 170 degrés puis « casser » le granola à l’aide d’une fourchette et retourner le afin de cuire le dessous des flocons.

Prolonger la cuisson environ 10/15 minutes. Le granola doit être bien sec et légèrement doré.

Laisser refroidir à température ambiante puis ajouter les cranberrys et conserver dans un bocal hermétique (jusqu’à deux semaines).

Brioches suédoises à la cannelle

En règle générale, je n’ai aucune patience pour la boulange! Pourtant, j’avais envie depuis longtemps de refaire des cinnamon rolls, ces fameuses petites brioches roulées parfumées à la cannelle et très sucrées que l’on trouve partout aux Etat-Unis.

C’est l’idée que j’en avait gardé dans leur version non végane : une brioche très sucrée avec un glaçage à base de cream cheese un peu écœurant. Très loin de ce que je voulais refaire!

J’ai donc fait deux essais avant la version que je vous présente ici, avec différentes margarines ou huile, avec ou sans glaçage, et avec ou sans compote de pommes. Finalement je trouve que la compote de pomme ajoute un peu plus de liant et je préfère ces brioches avec un léger sirop qui va leur donner une couleur brillante plutôt qu’avec un glaçage un peu trop lourd.

De plus, je me suis amusée à leur donner la forme des « kanelbullar », la version que l’on trouve en Suède, avec une pâte torsadée et non roulée. Cette méthode peut paraître compliquée mais elle est très simple et bien plus jolie! Et je trouve qu’elle change un peu la texture de la brioche à la cuisson, moelleuse au centre mais plus ferme sur le dessus.

Enfin, je suis restée sur une farine avec gluten (l’épeautre) pour cette recette car je suis encore assez déçue des brioches sans gluten, trop sèche et cassante, ce sera le challenge suivant ! 😉

Quantités pour environ 9 brioches – temps de préparation : 30 min + 2h de levée + 15 min de cuisson

Ingrédients :

Pâte à brioche

  • 350 gr de farine d’épeautre blanche (T70) + 4 cs pour le plan de travail
  • 20 + 10 gr de sucre blond
  • 40 gr de compote de pommes sans sucre ajouté
  • 60 gr de margarine *
  • 50 gr d’eau
  • 80 gr de lait de soja
  • 1 cc de levure sèche de boulanger
  • 1 cc d’extrait de vanille
  • 2 pincées de sel

Pour la garniture

  • 60 gr de sucre complet*
  • 40 gr de margarine à température ambiante (souple)
  • 1 cs de cannelle en poudre
  • 1/2 cc de 4 épices
  • 2 cs de noix de pécan

Pour le sirop

  • 3 cs de lait de soja
  • 10 gr de margarine
  • 10 gr de sucre complet

Notes :

* j’ai essayé avec de la vita coco et la saint hubert (toutes les deux sans huile de palme) et les deux fonctionnent très bien !

*je vous conseille d’utiliser un sucre assez typé comme le rapadura ou le muscovado qui ont une saveur caramélisée qui se marie parfaitement avec la cannelle

Étapes de la recette :

1.Préparer la pâte à brioche

Commencer par tiédir l’eau (à peine, on doit pouvoir y plonger le petit doigt) et ajouter la levure. Mélanger puis ajouter les 10 gr de sucre et mélanger de nouveau. Laisser poser 15 minutes : la préparation va créer une mousse assez épaisse à la surface, c’est signe que votre levure a bien été activée.

Notes : cette étape a tout changé dans mon approche de la boulange ! J’avais souvent des difficultés à activer ma levure et mes pâtes ne levaient pas assez. Ici, le sucre va nourrir la levure et cela facilite les étapes suivantes.

Dans un bol, ajouter la farine, le sucre, le sel et la vanille.

Faire fondre la margarine dans le lait de soja puis ajouter cette préparation, et le mélange eau/levure à la farine et remuer avec un cuillère en bois. Ajouter ensuite la compote de pommes. Lorsque la pâte devient difficile à travailler, débarrasser là sur un plan de travail fariné. Pétrir environ une ou deux minutes, le temps d’obtenir une boule pas trop collante.

Étaler un peu de margarine dans le fond d’un cul de poule puis déposer la boule de pâte. Recouvrir d’un torchon humide et laisser lever (dans un four éteint si besoin) pendant 1 heure.

2. Façonner les brioches

Après une heure, la pâte doit avoir doubler de volume.  Déposer la sur un plan de travail généreusement fariné. Dégazer-la (on la pétrie quelques secondes pour lui chasser l’air) et étaler la en forme de rectangle d’environ 30*40 cm sur une épaisseur de 3/4 mm (pas trop finement car sinon elle sera trop souple).

Notes : pour éviter que la pâte ne colle au plan de travail, je commence par donner quelques coups de rouleau puis je retourne la pâte et farine de nouveau et je répète l’opération une ou deux fois pour que toute la pâte soit farinée et soit facile à façonner par la suite.

Dans un bol, mélanger la margarine, le sucre et les épices à l’aide d’une spatule afin d’obtenir une pâte homogène. Étaler la sur toute la surface du rectangle.

Il faut alors plier la pâte en trois, dans le sens de la longueur : on rabat la partie de gauche au deux tiers, qu’on recouvre ensuite de la partie de droite.

Découper ensuite les extrémités des parties extérieures (là où la garniture est visible) pour avoir un rectangle bien net. Puis découper 8 ou 9 lanières (de 2,5 / 3 cm chacune) toujours dans le même sens.

Prendre une extrémité de chaque bande dans chaque main et la rouler sur elle-même pour créer une torsade. Il suffit ensuite de l’enrouler sur elle même (comme pour créer un noeud) atour de votre doigt.

J’ai oublié de prendre des photos au moment du façonnage alors je me permets de vous mettre celles du blog « aux délices du palais » ci-dessous pour que les explications soient plus claires :

Déposer chaque brioche sur une plaque de papier sulfurisé puis les recouvrir d’un torchon et laisser lever de nouveau 1 heure.

3. Cuisson et sirop

Au terme de la levée, les brioches auront de nouveau doublées de volume. Ajouter alors les noix de pécan grossièrement hachées.

 

 

 

 

 

Faire cuire les brioches 15 à 17 minutes au four à 180 degrés jusqu’à ce qu’elles soient bien dorées.

Préparer le sirop : faire fondre la margarine, le sucre et le lait de soja dans une petite casserole à feu doux, juste le temps que le sucre fonde (on ne cherche pas à faire de caramel).

Badigeonner chaque brioche de cette préparation à l’aide d’un pinceau pour lui donner plus de brillance.

 

 

 

 

 

Il ne reste plus qu’à les parsemer d’un peu de sucre glace et déguster-les vite avant qu’un lapin curieux ne s’en charge ! 🙂