Quiche aux carottes, lait de coco et cumin

J’aime beaucoup réaliser des quiches ou des tartes tout au long de l’année. C’est assez rapide à faire, le dîner est prêt pour plusieurs repas d’avance et surtout c’est un bon moyen d’utiliser des légumes un peu passés.

Avec le peu de légumes disponibles sur les étals en ce moment, j’ai fait le choix d’utiliser des carottes pour cette recette mais vous pouvez tout à fait les remplacer par des poireaux par exemple. Il faudra juste penser à les faire cuire un peu plus longtemps avec un fond d’eau.

Pour l’appareil, j’ai utilisé du tofu soyeux (qui selon moi donne vraiment le meilleur résultat en terme de tenue et de texture) mais cette fois mélangé avec du lait de coco. Ce lait, beaucoup plus riche que les autres laits végétaux, apporte plus de moelleux à la quiche et surtout beaucoup de saveur.

Pour la pâte brisée, j’ai utilisé un mélange de farine de riz complet, de maïs et de pois chiches. J’aime particulièrement le goût de cette dernière dans les préparations salées et surtout avec les épices telle que le cumin et la coriandre. En revanche, cette farine est très gourmande en eau, il faut donc ajuster les quantités de liquide par rapport à la version au petit épeautre que j’avais publiée ici.

Quantités pour un moule de 18 cm (4 à 6 parts) – temps de préparation : 20 min, temps de cuisson : 40 min

Ingrédients :

Pour l’appareil

  • 4 carottes (environ 400 gr)
  • 1 oignon
  • 1 cs d’huile d’olive
  • 300 gr de tofu soyeux
  • 150 gr de lait de coco
  • 30 gr de fécule de maïs
  • 1/2 à 1 cc de cumin en poudre (selon votre goût)
  • 1/2 cc de curcuma en poudre
  • 2 pincées de coriandre en poudre
  • sel, poivre

Pour la pâte brisée

  • 100 gr de farine de riz complet
  • 50 gr de farine de maïs
  • 50 gr de farine de pois chiches
  • 50 gr d’huile d’olive
  • 60 gr d’eau
  • sel

Étapes de la recette :

Commencer par faire revenir la cuillère d’huile dans une poêle sur feu moyen. Émincer l’oignon et le faire revenir quelques minutes. Éplucher et râper les carottes (de préférence avec le plus gros trou de la râpe pour garder pus de « mâche ») et faire revenir avec l’oignon. Ajouter ensuite la coriandre en poudre, une demie cuillère à café de cumin en poudre, du sel et du poivre et laisser revenir à feu doux pendant une dizaine de minutes.

Pendant ce temps, préparer la pâte brisée : mélanger les farines et le sel dans un bol et ajouter l’huile et l’eau. Mélanger du bout des doigts afin de former une boule. Abaisser la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie et la déposer sur un moule préalablement huilé et fariné. Si la pâte se casse (ce qui est possible si comme moi vous utilisez un moule à bords hauts), il suffit de recoller des morceaux de pâtes et de bien tasser. Après cuisson, la pâte va bien se tenir.

Piquer le fond de tarte à l’aide d’une fourchette et réserver au frais.

Préparer enfin l’appareil de la quiche. Verser le tofu soyeux, le lait de coco et la fécule dans le bol du blender et mixer. Ajouter ensuite le sel, poivre, curcuma (pour donner une jolie couleur jaune) et une demie cuillère à café de cumin supplémentaire. Mixer de nouveau.

Mélanger cet appareil aux carottes et verser le tout sur le fond de tarte. C’est à ce moment là que j’égalise les bords de ma tarte pour laisser seulement un demi centimètre dépasser.

Enfin, faire cuire la tarte au four environ 40 minutes à 190 degrés. Patienter 10 à 15 minutes avant de la découper.

Salade thaï à la cacahuète

Avec l’arrivée des beaux jours, l’envie de manger un peu plus de légumes crus se fait sentir et je me tourne plus facilement vers des salades. Mais c’est encore un peu tôt pour profiter des tomates, concombre et compagnie alors cette salade est un bon compris pour patienter un peu.

J’utilise ici du chou rouge, des carottes et des pousses de haricots mungo et, en plein été, je les remplace par des courgettes et des poivrons.

C’est une salade très simple et très rapide à faire et tout repose sur la sauce crémeuse qui l’accompagne. J’utilise de la purée de cacahuètes mais si vous n’aimez pas, vous pouvez tout à fait la remplacer par de la purée d’amandes ou de cajou.

Enfin, n’hésitez pas à varier les « sortes » de nouilles. J’ai privilégié les nouilles de riz complet (plus riches en nutriments et en fibres) mais vous pouvez tout aussi bien utiliser des nouilles de riz blanc ou encore des nouilles soba (attention, certaines sont réalisées à partir de blé ou d’un mélange blé/sarrasin).

Quantités pour 4 personnes – temps de préparation : 15/20 min

Ingrédients :

  • 200 gr de nouilles de riz (de préférence complet)
  • 1/2 chou rouge
  • 200 gr de pousses de haricots mungo
  • 4 carottes
  • 200 gr d’edamame

Pour la sauce

  • 2 cs bombées de purée de cacahuètes
  • 2 cs de tamari
  • 2 cc de vinaigre de riz
  • 1 cs de sirop d’agave
  • 1 cc de gingembre en poudre
  • le jus d’un citron vert

Pour servir

  • 1 citron vert
  • 4 cs de cacahuètes hachées
  • quelques brins de coriandre

Étapes de la recette :

Commencer par porter une casserole d’eau à ébullition pour y cuire les pâtes. Attention, la plupart des nouilles de riz ou de sarrasin nécessitent d’être préalablement trempées une dizaine de minutes dans de l’eau froide avant cuisson.

Pendant la cuisson des pâtes, préparer les légumes : éplucher et râper les carottes, détailler le chou rouge en fines lamelles, écosser les edamame et ajouter enfin les pousses de haricots mungo.

Préparer ensuite la sauce, diluer la purée de cacahuètes avec le tamari et le sirop d’agave. Puis ajouter le gingembre en poudre, le vinaigre de riz et le jus de citron.

Égoutter les nouilles et rincer les bien sous l’eau froide. Cela permettra d’arrêter la cuisson et d’éviter qu’elle ne collent. Laisser les s’égoutter quelques minutes.

Au moment de servir, si les pâtes sont légèrement collées, vous pouvez ajouter un peu d’eau froide pour les décoller. Lorsque j’en fais trop, je les conserve également dans un bol avec un tout petit peu d’eau froide.

 

Taboulé de quinoa aux fruits secs

Avec le retour du froid et du mauvais temps, j’avais envie d’une recette qui respire le soleil et les épices.

En grande adepte de la cuisine marocaine, et maghrébine de manière plus générale, j’ai utilisé ici une large palette d’épices et de fruits secs pour rappeler cette cuisine : cumin, cannelle, figues séchées etc … afin de réaliser un taboulé de quinoa aux notés sucrées que j’ai accompagné de carottes rôties au four et d’un houmous au curcuma.

C’est, selon moi, l’assiette parfait qui regroupe toute ce que j’aime et tous les nutriments dont on a besoin. On y trouve des légumes crus et cuits, du sucré (les fruits secs et le jus d’orange), du crémeux (grâce au houmous), du gras (huile d’olive et amandes) et un apport conséquent en protéines grâce au quinoa et aux pois chiches.

Quantités pour 4 personnes – temps de préparation : environ 30 min (cuisson incluse)

Ingrédients :

Pour le quinoa

  • 160 gr de quinoa (poids sec)
  • 500 gr d’eau pour la cuisson du quinoa
  • 3 carottes
  • 6 figues séchées*
  • 6 abricots séchés*
  • 2 cs d’amandes effilées
  • quelques branches de coriandre fraîche ciselée
  • 2/3 de la sauce ci-dessous
  • le jus d’une orange à jus

Pour la sauce

  • 3 cs d’huile d’olive
  • 1 cc de cumin en poudre
  • 1 cc de curcuma en poudre
  • 1/2 cc de cannelle en poudre
  • 1/2 cc de coriandre en poudre
  • sel, poivre noir

Pour les carottes

  • une douzaine de petites carottes
  • 1/3 de la sauce ci-dessus

Pour le houmous

  • 1 boite de pois chiches (240 gr poids net égoutté)
  • 40 gr d’huile d’olive
  • 2 cs de jus de citron
  • 2 cc de curcuma
  • sel, poivre noir

Notes :

*utiliser des fruits secs bio! Hors circuit biologique, les abricots sont séchés avec des vapeurs de soufre afin qu’ils conservent leur couleur orangée. Ils sont certes plus appétissants mais contiennent des sulfites (miam!), moins de vitamine B1 que les abricots bio et sont aussi moins bons (les conservateurs donnent une saveur plus acide aux fruits). De plus, si vous les achetez en magasin bio, les fruits secs sont généralement proposés en vrac et vous avez ainsi la possibilité d’acheter uniquement la quantité nécessaire (nb : ils se conservent moins longtemps, 1 an pour le bio et jusqu’à cinq ans si les fruits sont traités).

Étapes de la recette :

Commencer par cuire le quinoa dans une casserole avec l’eau et une pincée de sel. Porter l’eau à légère ébullition et laisser cuire à feu moyen pendant environ 15 minutes, jusqu’à complète absorption de l’eau. Débarrasser le quinoa dans un saladier et laisser refroidir.

Pendant que le quinoa cuit, mélanger tous les ingrédients de la sauce et réserver.

Éplucher les carottes et disposer les dans un plat allant au four. Badigeonner les d’un tiers de la sauce à l’aide d’un pinceau pour bien répartir l’huile et les épices. Faire cuire au four à 190 degrés pendant 20 à 30 minutes (selon la taille des carottes, elle doivent être cuites mais encore un feu fermes).

Préparer ensuite le houmous : égoutter et rincer les pois chiches et déposer les dans le bol d’un mixeur avec le reste des ingrédients. Mixer jusqu’à obtenir une crème lisse mais épaisse. Réserver le houmous au frais.

Pour finir, éplucher et râper les trois carottes pour le taboulé. Détailler les fruits secs en dés. Ajouter le tout au quinoa ainsi que les amandes effilées et la coriandre ciselée.

Presser le jus de l’orange et ajouter le à la sauce restante. Ajouter la sauce au taboulé et bien mélanger le tout. Conserver la salade au frais, le temps que les carottes finissent de cuire et que le quinoa s’imprègnent des épices.

Servir chaque assiette de quelques carottes rôties, de taboulé et d’une belle cuillère de houmous.

Menu de Noël – le plat : portobellos farçis

On continue notre menu de noël avec cette fois le plat principal! Avec cette recette, je participe également au calendrier de l’avent avec deux autre blogueuses :

Là encore pas de simili carné puisque la farce des champignons ne contient ni soja ni seitan : j’ai utilisé des châtaignes et des noix pour réaliser ma « bolognaise » végétale. Cela permet de changer de l’habituel haché de soja et d’utiliser en plus un produit de saison très présent lors des fêtes : la châtaigne. Les noix apporte quand à elle un peu de mâche et relève le goût de la châtaigne.

Pour accompagner ces petits farcis, je vous propose d’une part des carottes rôties au four au vinaigre balsamique, pour une saveur légèrement sucrée et, d’autre part une purée de pomme de terre/céleri rave. Je trouve que le céleri vient bien contrebalancer le côté sucré de la carotte et apporte un peu de douceur. Je sais que tout le monde n’aime pas ce légume donc je n’en ai mis qu’une petite portion dans la purée, libre à vous ensuite d’en mettre davantage (ou même de l’omettre!) selon votre goût.

Pour les étapes de la recette, j’ai essayé d’organiser le tout afin que cela prenne le moins de temps possible. Vous pouvez aussi préparer la purée et la farce en avance, il ne vous restera alors que les carottes et la champignons à cuire avant de passer à table.

Quantités pour 4 personnes – temps de préparation : une bonne heure

Ingrédients :

Pour les portobellos farçis

  • 4 gros champignons portobello*
  • 100 gr de châtaignes cuites
  • 30 gr de noix
  • 150 gr de concassée de tomates
  • 1 petit oignon jaune
  • 1 gousse d’ail
  • 2 cs d’herbes de Provence séchées
  • 2 cs d’huile d’olive
  • 4 cs de parmesan vegan (soit 2 cs de noix de cajou et 2 cs de levure maltée mixées)
  • sel, poivre

Pour la purée de pommes de terre et céleri

  • 400 gr de pommes de terre (poids net épluché)
  • 100 gr de céleri rave (poids net épluché)
  • 150 gr de lait végétal (j’ai utilisé du lait de soja)
  • 50 gr d’eau de cuisson
  • 2 cs d’huile d’olive
  • sel, poivre

Pour les carottes

  • une douzaine de carottes*
  • 1 cs d’huile d’olive
  • 1 cs de vinaigre balsamique
  • 1 cs de sirop d’agave
  • 2 branches de thym
  • 1 branche de laurier
  • sel, poivre

Notes :

*je n’ai encore jamais trouvé de portobellos en magasins bio, j’avais acheté ceux-ci chez Mark and spencers. Si vous n’en trouvez pas, vous pouvez tout à fait utiliser de gros champignons de Paris

*penser à utiliser différentes variétés de carottes pour plus de couleur dans l’assiette (orange, jaune et violette)

Étapes de la recette :

Commencer par préparer les carottes : épluchez les et couper les en deux dans le sens de la longueur. Mélanger l’huile, le vinaigre, le sirop d’agave et le sel et poivre dans un bol. Disposer les carottes dans un plat et ajouter le mélange par dessus, mélanger les pour bien toutes les imprégnées. Ajouter ensuite le thym et le laurier et faire cuire au four à 210 degrés pendant 30 à 40 min.

Épluchez ensuite les pommes de terre et le céleri et couper en gros cubes. Faites les ensuite cuire dans un grand volume d’eau bouillante salée.

Pendant que les légumes cuisent, préparer la farce des champignons. Dans une poêle légèrement huilée, faites revenir l’oignon émincé et la gousse d’ail écrasée. Laisser revenir les légumes quelques minutes et profitez-en pour préparer les champignons : brosser les pour retirer éventuellement la terre et couper le pied (nous n’aurons besoin que du chapeau). Déposer les dans un plat avec une cuillère à soupe d’huile d’olive, du sel, et faites les cuire au four environ 10 minutes (selon la taille des champignons).

Dans la poêle, ajouter les châtaignes et les noix grossièrement émincées. Faites revenir quelques minutes et ajouter le concassée de tomates, les herbes et le sel et poivre. Farcir les champignons avec cette farce et déposer dessus une bonne cuillère à soupe de parmesan vegan sur chaque champignon. Faites ensuite dorer les champignons au four 5 minutes.

Après 20/25 min de cuisson, les pommes de terre et le céleri doivent être bien tendres (penser à vérifier la cuisson). Égoutter les légumes et garder un peu d’eau de cuisson. Écraser-les et ajouter petit à petit l’eau et le lait de soja. Ajuster la quantité de liquide selon la texture souhaitée. Ajouter enfin l’huile d’olive et assaisonner.

Pour la présentation, j’ai disposé la purée dans le fond d’une assiette creuse, puis ajouté par dessus le champignon et les carottes. J’ai ensuite parsemé le tout de persil plat ciselé et d’une pincée de piment d’Espelette.

Couscous aux légumes d’hiver et falafels de patates douces

Pour cette nouvelle recette salée, j’ai souhaité revisiter le couscous. C’est un plat que l’on peut rendre vegan très facilement en omettant simplement le beurre dans la semoule puisqu’il existe déjà une version végétarienne dans la cuisine traditionnelle marocaine. Mais j’avais envie d’aller un peu plus loin dans le changement : ici pas de semoule de blé, mais une semoule de choux fleur; les pois chiches sont intégrés sous forme de farine; et j’ai utilisé de la patate afin de réaliser des boulettes. Enfin, mois de novembre oblige, pas de courgettes mais un mélange de légumes de saison : carottes, navets, panais et fenouils.

Cette recette n’a plus grand chose de traditionnelle si ce n’est les épices

Quantités pour 4 personnes – temps de préparation :

Ingrédients :

Pour les falafels de patate douce (environ une douzaine)

  • 500 gr de patate douce (envrion 2 patates, poids net une fois épluchées)
  • 60 gr de farine de pois chiche
  • 20 gr de fécule de pomme de terre
  • 1 petite poignée de feuilles de coriandre ciselée
  • 1 cc de cumin en poudre
  • 1 cc de paprika
  • 1/2 cc de piment en poudre
  • 1 cs de gomasio ou graines de sésame
  • 1 cs d’huile d’olive
  • sel et poivre noir

Pour les légumes et le bouillon

  • 6 carottes
  • 3 navets
  • 2 panais
  • 1 fenouil
  • 1 oignon
  • 2 cs d’huile d’olive
  • 1 à 2 cs de ras el hanouth
  • 2 bâtons de cannelle
  • 2 feuille de laurier
  • sel, poivre noir

Pour la semoule de choux fleur

  • 1 choux fleur
  • 1 cs d’huile d’olive
  • 1 cc de curcuma en poudre
  • sel, poivre noir

Étapes de la recette :

Commencer par porter une casserole d’eau à ébullition. Éplucher et détailler les patates douces en gros cubes. Les faire cuire environ 15/20 min dans l’eau bouillante jusqu’à ce qu’elles soient bien tendres.

Pendant ce temps, faites chauffer deux cuillères à soupe d’huile d’olive dans un faitout afin d’y faire revernir l’oignon et le fenouil détaillés en fines lamelles. Ajouter ensuite les carottes découpées en tranches biseautées (d’environ 1 cm d’épaisseur), les navets et panais en cubes. Essayez de donner la même taille à vos légume afin que le temps de cuisson soit le même. Ajouter ensuite une ou deux cuillères à soupe de ras el hanouth et faites revenir les légumes une dizaine de minutes. Ajouter de l’eau jusqu’au niveau des légumes, les bâtons de cannelle et les feuilles de laurier et laisser mijoter environ 30/40 minutes.

Les patates douces doivent être à présent cuites, égoutter les et transvaser dans un bol. Les réduire en purée à l’aide d’une fourchette ou d’un presse purée et ajouter la farine de pois chiches, la fécule, le cumin, le paprika, le piment, la coriandre ciselée et le sel et poivre. Bien mélanger le tout. A l’aide d’une cuillère à soupe, prélever un peu de pâte et réaliser des boulettes en les roulant dans vos mains. Les disposer sur un plaque recouverte de papier sulfurisé. A l’aide d’un pinceau, étaler un peu d’huile d’olive sur les boulettes, ajouter un peu de gomasio ou de sésame et faire cuire au four 30 minutes à 210 degrés (position grill sur les 5 dernières minutes pour les faire dorer).

Dernière étape de la recette : la semoule de choux fleur. Pour cela, il vous suffit de détailler votre choux fleur en fleurettes (ne pas garder les tiges les plus épaisses) et de les passer au mixeur rapidement (avec la lame en S). Faites ensuite revenir la semoule dans poêle légèrement huilée avec le curcuma, le sel et poivre. Cela ne prendra que quelques minutes car le bu