Gâteau « rustique » aux noisettes, abricots et framboises

Avant d’en venir à la recette, je voudrais juste vous donner quelques astuces sur la pâtisserie sans gluten. Je vous en avais déjà parlé ici  et, après de nombreux essais, je ne pense pas qu’il soit nécessaire d’acheter des farines de quinoa, sorgho et cie pour réussir un gâteau (d’autant plus qu’elles sont très chères). A ce jour, mon mix préféré se compose de farine de riz complet (60%), maïs (ou pois chiche selon la saveur recherchée, à hauteur de 20%) et fécule (20%). Je joue ensuite sur les pourcentages selon la saveur (plus ou moins marquée) ou la texture souhaitée (plus ou moins aérée).

Bien sûr, vous pouvez ensuite varier autour de cette base avec des farines plus typées (châtaigne, sarrasin etc) afin de diversifier les goûts et les apports nutritionnels. Car c’est aussi tout l’intérêt de la cuisine sans gluten, la palette de goût est très large et, ces farines, souvent complètes, sont très intéressantes nutritionnellement parlant.

Pour en revenir à mon gâteau, j’avais envie d’un dessert assez rustique, bien épais et pas trop sucré, avec une saveur assez marquée. J’ai donc utilisé ici du sucre complet ainsi que des noisettes torréfiées. Cette étape va permettre de donner beaucoup plus de goût aux noisettes et de vraiment révéler leur parfum. L’utilisation de sucre complet donne une jolie couleur et j’adore la manière dont les bords du gâteau caramélisent !

Dernier point, j’ai utilisé un petit moule afin d’avoir un gâteau bien haut mais libre à vous de prendre un moule un peu plus large (autour de 20 cm) afin de disposer davantage de fruits dessus.

Quantités pour un moule de 18 cm – temps de préparation : 15 min – temps de cuisson : environ 45 minutes

Ingrédients :

  • 120 gr de farine de riz complète
  • 40 gr de farine de maïs
  • 50 gr de noisettes réduites en poudre (de préférence torréfiées)*
  • 60 gr de fécule de maïs
  • 70 gr de sucre complet (type muscovado, rapadura etc)
  • 150 gr de tofu soyeux ou yaourt de soja*
  • 80 gr d’huile de pépins de raisins*
  • 150 gr de lait végétal
  • 7 gr de levure chimique
  • 3 gr de bicarbonate (environ 2 grosses pincées)
  • 1 cc de mix gom ou gomme de guar (facultatif)*

Et pour les fruits :

  • 125 gr de framboises
  • 6 abricots
  • 2 cs de noisettes hachées (pour décorer)

Notes :

*j’ai réalisé ici ma poudre de noisettes moi même tout simplement en les passant dans un mixeur. Je préfère faire cela car, d’une part, c’est moins cher (les poudres d’oléagineux sont hors de prix en magasins bio!) et, d’autres part, je trouve que les amandes et noisettes entières en vrac ont plus de goût. Si votre poudre est encore un peu grossière, vous pouvez également la passer au tamis. Mais cela ne sera pas utile dans cette recette

*j’ai une large préférence pour le tofu soyeux car le goût est vraiment neutre alors que le yaourt a un goût de soja assez prononcé. Ce n’est pas gênant ici car il y en a peu mais vous pouvez intervertir les deux selon votre préférence.

*j’utilise régulièrement l’huile de pépins de raisins dans les gâteaux pour ses qualités nutritionnelles et sa saveur très douce mais n’importe quelle huile fonctionnera (colza, coco etc). N’hésitez pas à varier les huiles en cuisine comme en pâtisserie car chaque huile apporte des nutriments bien distincts.

*comme pour mes autres recettes, l’ajout de gomme est facultatif mais je trouve qu’il ajoute un petit peu plus de tenue (et peut être une meilleur conservation)

Étapes de la recette :

Si vous réalisez vous-même votre poudre de noisettes, commencer par les torréfier. Pour cela, il suffit de les étaler sur une plaque et de les passer au four environ 10 minutes à 170 degrés et de remuer régulièrement.

Laisser les refroidir et garder 2 cuillères à soupe de noisettes pour décorer le gâteau puis mixer le reste dans un petit robot.

Préparer les fruits : laver et dénoyauter les abricots et garder les oreillons entiers.

Dans un bol, déposer la farine de riz, la farine de mais, la fécule, le sucre et la poudre de noisettes. Mélanger le tout puis ajouter le tofu soyeux mixé (ou le yaourt de soja) et le lait et mélanger de nouveau.

Ajouter enfin la levure, le bicarbonate et le mix gom et donner un dernier coup de fouet.

Ajouter un peu de margarine dans votre moule puis verser la moitié de l’appareil. Disposer dessus la moitié des fruits (abricots et framboises), verser le reste de la pâte et ajouter les derniers fruits (enfoncer les légèrement si besoin). Ajouter enfin quelques noisettes concassées pour décorer.

NB : j’ajoute les fruits au fur et à mesure dans la pâte car cela évite que les framboises ne colorent de trop le gâteau. Mais vous pouvez aussi tout ajouter dans l’appareil, puis verser le mélange dans le moule

Il ne reste plus qu’à cuire le gâteau environ 45 minutes à 190 degrés (à ajuster selon la taille de votre moule, pour le mien, j’ai dû prolonger la cuisson de 10 minutes). n’hésiter pas à plonger la pointe d’un couteau au centre du gâteau pour vérifier la cuisson (la lame doit ressortir sèche).

Laisser refroidir le gâteau à température ambiante avant de le couper et conserver le dans du film plastique (jusqu’à deux jours).

 

Petites « crèmes » au thé matcha et cerises

Depuis qu’il commence à faire vraiment chaud j’ai découvert une nouvelle passion pour le thé matcha! J’avais détesté ça la première fois que j’en avais goûté il y a quelques années mais dans un latte bien frais c’est vraiment bon (je vous conseille de l’associer avec du lait d’avoine à la vanille ou avec un lait à base de coco)!

Depuis, j’ai réalisé pas mal de recettes avec, en commençant par les smoothies bowl, mais aussi les porridges, un cake, des cookies et j’en passe ! Pour la recette que je partage aujourd’hui, j’avais envie d’un dessert léger aux fruits afin d’utiliser le kilo de cerises que j’avais acheté.

J’en achète rarement (ou peu) car honnêtement le prix en bio/français est hallucinant mais, cette fois, ma ruche proposait des cerises à 5 euros le kilo alors je n’ai pas hésité!

J’ai donc réalisé des petites crèmes façon clafoutis au thé matcha et cerises que j’ai cuit dans des pots à crème brûlée afin d’avoir un dessert pas trop épais. On ne pas vraiment parler d’un clafoutis car la texture se rapproche plus d’une crème aux œufs car j’ai utilisé principalement du tofu soyeux. Ce dessert est peu sucré et très frais et fonctionne parfaitement avec tous les fruits (penser toutefois à ajuster la quantité de sucre selon le taux de sucre des fruits utilisés).

Quantités pour 4 petits clafoutis – temps de préparation : 10 min, temps de cuisson : 30 min

Ingrédients :

  • 400 gr de tofu soyeux (poids net égoutté)
  • 100 gr de lait végétal*
  • 30 gr de fécule de mais
  • 40 gr de purée d’amande blanche
  • 40 gr de sucre bond (non raffiné de préférence)
  • 1 cc de thé matcha
  • les graines d’une gousse de vanille (ou 2 cc d’extrait de vanille)
  • 2 cs d’amandes effilées (pour décorer)
  • une vingtaine de cerises

Notes :

*j’ai utilisé ici du lait d’avoine à la vanille de la marque Lima. J’ai un vrai coup de cœur pour ce lait qui est très doux et sans sucre ajouté (le goût est pourtant légèrement sucré grâce à l’avoine et à la note de vanille) mais n’importe quel lait fonctionnera très bien ici.

Étapes de la recette :

Commencer par dénoyauter les cerises (ce n’est pas obligatoire mais c’est tout de même plus agréable en bouche) et garder les de côté. Ce sera l’étape la plus longue de cette recette car le reste ne prend que deux petites minutes!

Dans un blender, mixer le tofu soyeux et le lait végétal. Puis ajouter le sucre, la fécule, la purée d’amandes, le matcha et la vanille et mixer de nouveau jusqu’à obtenir un appareil bien lisse.

« Graisser » légèrement 4 petits moules à crème brûlée et verser l’appareil. Disposer ensuite les cerises et les amandes effilées.

Faire ensuite cuire 30 min à 190 degrés. Lorsque le centre est juste pris, c’est signe que c’est cuit! Puis laisser refroidir à température ambiante et placer enfin les crèmes au réfrigérateur et patienter au moins 2 heures avant de les déguster.

« Banana bread » marbré à la caroube

C’est donc la seconde recette de « banana bread » que je vous propose sur le blog (le première est ici) mais il faut dire que c’est quand même très bon et que c’est aussi une excellente façon d’utiliser des bananes un peu « passées »!

Cette fois, j’ai choisi de le faire un peu plus gourmand et de réaliser de jolies marbrures grâce à la caroube. Pourquoi la caroube? D’abord pour changer un peu du cacao mais surtout parce que son goût est beaucoup plus doux (il rappelle le chocolat légèrement caramélisé) et conviendra parfaitement à toutes les personnes qui trouvent le cacao trop amer.

C’est également une bonne occasion de consommer un produit plus « local » car la caroube est la poudre obtenue à partir des fruits du caroubier qui pousse autour de la méditerranée (à l’inverse du cacao qui vient généralement d’Amérique du sud et d’Afrique).

D’un point de vue nutritionnel, la caroube est plus riche en glucides que le cacao (d’où sa saveur sucrée) mais pauvres en lipides. C’est une bonne source de fibres, de potassium, de calcium, et elle est dépourvue de caféine.

Enfin, concernant la recette, j’ai une fois de plus fait le choix d’utiliser des farines sans gluten peu onéreuses et commercialisées dans tous les magasins bio puisque ce « banana bread » ne contient que de la farine de riz complet, de la fécule de mais et de la poudre d’amande.

Quantités pour un moule à cake de 23*7 cm (une douzaine de tranches) – temps de préparation : 10 min – temps de cuisson : 45 min

Ingrédients :

  • 240 gr de bananes bien mûres (poids sans la peau, environ 2 grosses bananes)
  • 60 gr de compote de pommes sans sucre ajouté
  • 140 gr de farine de riz complet
  • 60 gr de poudre d’amande
  • 40 gr de fécule de mais
  • 40 gr d’huile de coco fondue
  • 30 gr de sirop d’agave
  • 150 gr de lait de soja
  • 8 gr de levure
  • 1 pincée de bicarbonate de soude
  • 1 cc de vanille en poudre
  • 30 gr de caroube + 40 gr de lait de soja

Étapes de la recette :

Dans un bol, écraser les bananes à l’aide d’une fourchette jusqu’à obtenir une purée bien lisse. Ajouter la compote de pommes et mélanger.

Ajouter ensuite la farine, la poudre d’amandes et la fécule et mélanger de nouveau. Procéder de la même façon avec le sirop d’agave et l’huile de coco. Ajouter enfin la vanille, la levure et la pincée de bicarbonate et séparer l’appareil en deux.

Dans un petit bol, mélanger la caroube et les 40 gr de lait de soja légèrement tiédi pour que la caroube se dissolve plus facilement. Verser cette préparation à une des moitiés de la pâte. Vous obtiendrez donc deux préparations : une nature et une à la caroube.

Huiler et fariner un moule à cake. Afin de réaliser les marbrures, il suffit d’alterner les couches de chacune des deux préparations. Verser quelques cuillères de la préparation nature, puis de celle à la caroube et ainsi de suite jusqu’à épuisement des deux mélanges.

Faire cuire le « banana bread » pendant 45 minutes à 190 degrés. Le gâteau est cuit lorsque la lame du couteau ressort propre. Laisser refroidir avant de couper en tranches. J’ai conservé ce « banana bread » deux jours enveloppé dans un torchon propre.

Astuce pour obtenir de jolies marbrures : cela ne sert à rien de couvrir tout le fond du moule puisque la pâte va peu à peu s’étaler à mesure que les couches se succèdent. Au contraire, il vaut mieux mettre peu de chaque pâte afin de faire un maximum de couches (ce qui sera visuellement plus joli). Pour vous donner une idée, la première couche « remplit » environ la moitié du moule (en largeur et en longueur, ce qui correspond à 3/4 cuillères à soupe). La seconde couche sera elle un peu plus petite que la première puisqu’elle se pose au centre.

Cheesecake au « peanut butter »

J’avais déjà publié une recette de cheesecake cet hiver à base de potimarron (recette ici) afin de me rapprocher de la « pumpkin pie » mais pour ce deuxième essai, j’avais envie de me rapprocher le plus possible du cheesecake « traditionnel » (réalisé à partir de Philadelphia) avec un dessert bien haut et une crème assez dense.

J’ai donc gardé l’idée du « cream cheese » que j’ai associé cette fois à du tofu soyeux. Celui-ci apporte un peu de légèreté au gâteau et joue aussi le rôle de liant. Le « cream cheese » quant à lui, apporte du crémeux à l’appareil et sa saveur rappelle celle du fromage frais.

Pour rester dans des saveurs américaines, j’ai choisi de faire cette recette avec de la purée de cacahuètes et du sirop d’érable, qui se marie très bien avec. D’habitude, je n’aime pas utiliser beaucoup de purée d’oléagineux dans mes recettes car ces produits restent relativement coûteux. Mais à l’inverse de l’amande ou de la noix de cajou, la purée de cacahuètes restent abordable (de l’ordre de 4/5 euros le pot de 250 grammes).

J’ai également retravaillé le fond biscuité pour me rapprocher du goût des « graham crackers » utilisés traditionnellement. Le fond est toujours à base de flocons d’avoine mixés mais l’ajout de sucre complet et d’épices (cannelle, vanille et un peu de 4 épices) rappelle la saveur de ces biscuits.

Enfin, cette recette est très simple mais il faudra penser à la préparer 48h à l’avance, le temps d’égoutter le yaourt de soja (24h) et de laisser le cheesecake prendre au frais (de préférence une nuit).

Quantités pour un moule de 18 cm de diamètre (soit 6/8 parts) – temps de préparation : 15/20 min (cuisson environ 1h15 au total)

Ingrédients : 

Pour le fond biscuité

  • 80 gr de flocons d’avoine mixés
  • 40 gr de poudre d’amandes
  • 20 gr de sucre complet (type rapadura, muscovado ou de coco)
  • 40 gr d’huile de coco fondue
  • 20 gr de lait végétal au choix (amande pour moi)
  • 1 cc d’extrait de vanille
  • 1 cc de cannelle
  • 1/2 cc de 4 épices

Pour la crème

  • 1 pot de 400 gr de tofu soyeux (375 gr poids net égoutté)
  • 1 pot de 400 gr de yaourt de soja nature (soit 250 gr après égouttage)*
  • 70 gr de purée de cacahuètes*
  • 70 gr de sirop d’érable*
  • 40 gr de fécule de maïs
  • les graines d’une gousse de vanille (ou 1 cc d’extrait)

Pour décorer

  • 1 cs d’huile de coco
  • 1 cc bombée de cacao non sucré
  • 2 cc de sirop d’érable
  • 2 cs de cacahuètes non salées

Notes :

*je vous conseille d’utiliser un yaourt de soja avec un goût assez léger. J’utilise en général la marque Sojade ou Provamel (mais je vous déconseille les sojasun!)

*il s’agit de purée de cacahuètes (100% oléagineux) et non de beurre de cacahuètes (qui contient également de l’huile, du sucre et souvent du sel). J’ai utilisé celle de la marque Jean Hervé

*si vous souhaitez une saveur plus prononcée de cacahuètes, vous pouvez augmenter les quantités jusqu’à 100 grammes. Pour ma part, je préférais une saveur douce afin de garder le côté « frais » et légèrement acidulé du « cream cheese ». Idem pour le sirop d’érable, vous pouvez augmenter à 100 grammes pour les becs sucrés.

Étapes de la recette :

Commencer par mettre le yaourt de soja à égoutter. Pour cela, déposer une grande compresse (ou une étamine si vous avez) dans le fond d’une passoire (ou tamis) et verser le yaourt dessus. Déposer la passoire au-dessus d’une assiette creuse et laisser reposer 24h au réfrigérateur. Cela va permettre d’égoutter le yaourt (de le débarrasser de son eau) et de ne garder que la partie la plus crémeuse. C’est cette base qui va nous servir de « cream cheese ».

Lorsque le « cream cheese » est prêt, commencer par le fond du cheesecake : mixer les flocons d’avoine en farine et mélanger les du bout des doigts avec le sucre, la poudre d’amande, l’huile de coco fondue et les épices jusqu’à obtenir une pâte sablée. Ajouter enfin le lait pour lier le tout.

Déposer la préparation dans un moule à manqué et bien tasser le tout. Faire cuire au four 10 à 15 minutes à 180 degrés, juste le temps de faire dorer le biscuit.

Préparer ensuite la crème du cheesecake. Pour cela, il suffit simplement de mixer l’ensemble des ingrédients dans un blender. Commencer par le tofu soyeux (égoutté) et le « cream cheese ». Lorsque le mélange est homogène, ajouter le sirop d’érable, la purée de cacahuètes et la vanille. Mixer de nouveau et ajouter enfin la fécule de maïs. Si vous ne possédez pas de blender, vous pouvez également utiliser un mixeur plongeant ou encore un fouet mais, dans ce cas, le résultat risque d’être un peu moins lisse.

Verser la préparation dans le moule, lisser à la spatule si besoin et faire cuire au four à 160 degrés pendant 50 à 60 minutes (chaleur tournante). Le cheesecake est cuit quand seul le centre est encore un peu « tremblotant » (la couleur est un peu plus claire au centre).

A la fin de la cuisson, laisser le cheesecake refroidir à température ambiante puis réserver le au frais pendant au moins 6h (idéalement une nuit).

Il ne reste plus qu’à le décorer : pour cela, mélanger le cacao, le sirop d’érable et l’huile de coco fondue pour obtenir un coulis. A l’aide d’une cuillère, prélever un peu de chocolat et tracer quelques lignes sur le cheesecake. Ajouter enfin quelques cacahuètes grossièrement hachées.

Penser à sortir le cheesecake du réfrigérateur au moins 15 minutes avant de le servir pour qu’il ne soit pas trop froid.

Chocolate chip cookies (sans blé)

Voici ma version toute simple des classiques « chocolate chip cookies ». J’ai volontairement employé leur nom anglo-saxon car la recette que je vous propose permet d’obtenir des cookies croustillants à l’extérieur et encore moelleux au centre. Pour cela, il suffit juste de bien surveiller la cuisson, les cookies doivent être encore mous à la sortie du four car ils vont durcir en refroidissant.

J’ai utilisé ici de la farine de petit épeautre car celle-ci est très pauvre en gluten et est plutôt bien tolérée en cas de sensibilité au gluten (mais pas dans le cas de la maladie cœliaque). Elle est en plus facile à travailler car elle peut être employée seule dans tous les biscuits contrairement aux farines sans gluten telles que le riz, le sarrasin etc qui doivent être combinées entre elles.

Quantités pour 6/8 cookies – temps de préparation : 10 min et 12 min de cuisson

Ingrédients :

  • 100 gr de farine de petit épeautre intégrale
  • 30 gr de poudre d’amandes
  • 40 gr d’huile de coco (à température ambiante)
  • 40 gr de sucre blond (non raffiné)
  • 40 gr de lait végétal (amande pour moi, et à température ambiante)
  • 1/2 à 1 cc d’extrait de vanille
  • 1 cc de levure
  • 1 pincée de bicarbonate
  • 40 gr de pépites de chocolat

Étapes de la recette :

Rien de plus simple, il suffit de mettre dans un bol tous les ingrédients sauf les pépites de chocolat et de mélanger du bout des doigts jusqu’à former une boule. Attention toutefois à ce que votre lait végétal soit à la même température que l’huile de coco car, s’il sort du réfrigérateur, il va « figer » l’huile de coco qui va redevenir solide.

Former ensuite des petites boules et étaler les légèrement avec la paume sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Ajouter les pépites de chocolat (ou la garniture de votre choix) et enfoncer les un peu dans la pâte. Penser à espacer vos cookies car ils vont légèrement s’étaler à la cuisson.

Faites cuire ensuite environ 12 min dans un four à 210 degrés. Surveiller bien la cuisson car les cookies doivent être encore un peu mous lorsque vous les sortez du four. C’est ainsi que vous obtiendrez des cookies croustillants à l’extérieur et encore moelleux au centre.

Ces cookies se conservent très bien deux jours dans une boite hermétique.

Invisible aux pommes

Je vous propose aujourd’hui une nouvelle recette sucrée à base de fruits cette fois-ci. Il s’agit de l’invisible aux pommes : le principe est simple, de fines lamelles de pommes composent la grande majorité du gâteau et l’appareil sert à lier le tout, il doit donc être assez léger.

Je pensais cette recette difficilement « véganisable » car la recette originale est essentiellement faite à partir d’œufs, j’avais donc peur de ne pas avoir assez de liant pour tenir les fruits. Finalement, avec le tofu soyeux, le contrat est rempli et on retrouve une vraie texture de flan, à la fois moelleuse et ferme.

Quantités pour un moule de 19 cm de diamètre – 20 min de préparation + 50 min de cuisson

Ingrédients :

  • 360 gr de tofu soyeux (poids net égoutté)
  • 80 gr de fécule de mais
  • 40 gr de purée d’amande
  • 100 ml de lait d’amande
  • 30 gr de sirop d’agave
  • 3 belles pommes détaillées en lamelles (le plus fines possible)
  • 1/2 cc de graines de vanille
  • 1 cs de rhum ambré
  • 1 poignée d’amandes effilées

Libre à vous de choisir d’ajouter de la cannelle en poudre à la place de la vanille et du rhum, ou même un peu de zeste de citron.

Étapes de la recette :

Dans un blender, mixer rapidement le tofu soyeux et le lait d’amande afin de bien lisser la préparation. Ajouter ensuite la fécule, la purée d’amande et le sirop d’agave ainsi que la vanille et le rhum et mixer de nouveau. La quantité de sirop d’agave est assez faible, je vous conseille donc d’en mettre un peu plus si vous avez l’habitude de desserts assez sucrés.

Éplucher et épépiner les pommes et les détailler en fines lamelles (à l’aide d’une mandoline idéalement mais un bon couteau fera très bien l’affaire). Enfin, dans un bol, verser l’appareil et les pommes et mélanger délicatement à l’aide d’une maryse en veillant à ne pas casser les lamelles de fruits.

Verser la préparation dans un moule chemisé et recouvrir avec quelques amandes effilées. Il ne vous reste qu’à cuire le gâteau environ 50 minutes à 210 degrés. A la sortie du four, laisser refroidir le gâteau puis le mettre au réfrigérateur au moins 3 heures jusqu’à ce qu’il soit bien froid.

Brownie aux haricots rouges

Bonjour à tous!

Plusieurs d’entre vous m’ont demandé ma recette de brownie aux haricots rouges sur instagram, j’ai donc décidé de la refaire en notant bien les quantités cette fois!

Ce gâteau n’est plus à présenter car il a largement fait le tour des blogs vegan et/ou « healthy ». Il présente en effet plusieurs avantages car il requiert peu ou pas de farine et de matière grasse tout en gardant beaucoup de fondant grâce aux haricots rouges. Il s’adapte donc très bien à toutes sortes de « régimes/modes de vie « alimentaires et aux différentes allergies.

Pourtant, je ne trouvais pas de recette qui me satisfaisait complètement car celles que je trouvais étaient soient tout aussi riches qu’un brownie classique (avec 200 gr de chocolat et presque autant de sucre) soit, à l’inverse, avec uniquement du cacao et un peu d’huile de coco pour une version très saine (que l’on trouve généralement sur les blogs de fitness). J’avais donc envie de combiner les deux versions pour arriver à un juste milieu : un gâteau gourmand mais relativement léger et qui puisse être mangé comme collation ou même comme petit déjeuner.

Vous trouverez donc ci-dessous ma version du brownie aux haricots rouges que j’ai choisi d’accompagner d’une crème de cajou au chocolat.

Quantités pour un moule de 21*21 cm (utiliser un moule plus petit pour un brownie plus épais) – temps de préparation : 30 min + 40 min de cuisson et une nuit au réfrigérateur

Ingrédients:

  • 2 boites de haricots rouges cuits, rincés et égouttés (soit 480 gr)
  • 2 pots de compote de pommes sans sucres ajoutés (soit 180 gr)*
  • 60 gr de chocolat à 52% de cacao
  • 60 ml de lait d’amande
  • 20 gr de cacao non sucré
  • 30 gr de sirop d’agave
  • 20 gr de farine de riz semi-complète
  • 10 gr de fécule de mais
  • 1/2 cc de graines de vanille (ou extrait)

Notes :

*vous pouvez également utiliser de la banane écrasée mais je trouve le goût trop fort personnellement

Étapes de la recette :

Ajouter le chocolat et le lait d’amande dans un bol et chauffer doucement au micro-ondes pour faire fondre le chocolat. Dans le bol de votre mixeur (lame en S), ajouter les haricots et tout le reste des ingrédients et mixer. Ajouter ensuite le chocolat fondu et mixer de nouveau jusqu’à l’obtention d’un appareil relativement lisse.

Chemiser votre moule et verser y votre préparation. Je vous conseille vivement de mettre du papier sulfurisé car le brownie est très fondant, il sera ainsi beaucoup plus facile à démouler.

Il ne vous reste plus qu’à cuire votre brownie 40 minutes au four à 190 degrés. A la sortie, celui-ci sera encore relativement fragile mais il va se figer après une bonne nuit au froid (étape indispensable!).

Vous pouvez tout à fait déguster votre brownie tel quel mais je le préfère accompagné d’un léger « glaçage ». Je vous propose donc également la recette d’une crème de noix de cajou au chocolat.

Crème de cajou au chocolat (sucrée aux dattes)

Quantités pour glacer un brownie + 4 petites verrines – temps de préparation :15 min + une nuit au frais

Ingrédients :

  • 240 gr de noix cajou égouttées après une nuit de trempage (soit 210 gr poids cru)
  • 200 ml de lait d’amande
  • 60 gr de dattes dénoyautées*
  • 40 gr de cacao non sucré
  • 50 ml d’eau (facultatif, à ajuster selon puissance de votre blender)
  • 1/2 cc de graines de vanille (ou extrait)
  • 10 à 20 gr de sirop d’agave selon votre goût

Notes :

*j’utilise des dattes deglet nour dans cette recette car c’est la variété la plus courante et la moins chère. Je préfère garder les medjool ou les mazafati (plus goûteuses) pour les consommer telles quelles

Étapes de la recette :

AJouter les noix de cajou, les dattes, le lait d’amande, le cacao, le sirop d’agave et la vanille dans votre blender et mixer jusqu’à l’obtention d’une crème épaisse. Selon la puissance de votre blender, ajouter l’eau ou seulement une partie. Réserver la crème dans un récipient hermétique et laisser reposer une nuit au frais.

Vous pouvez enfin répartir la crème sur votre brownie et le décorer de noix et d’éclats de fèves de cacao cru par exemple. Avec les quantités pour la crème, il vous restera de quoi remplir quelques verrines, cette crème se déguste parfaitement toute seule!

Bonne dégustation!