Petit épeautre façon risotto, au romarin et noisettes

Avant de commencer à vous parler de la recette, je voulais d’abord remercier toutes les personnes qui ont répondu à mon questionnaire! Si vous n’êtes pas au courant, je compte monter mon restaurant à Paris et afin de finir mon business plan, je souhaitais faire une étude de marché pour mieux cerner les attentes et besoins des clients (je vous en parlais déjà ici)

Je clôture le questionnaire ce week-end donc si vous n’avez encore eu le temps d’y répondre je vous remets lien 🙂

LIEN DU QUESTIONNAIRE

***

Pour en revenir à la recette, l’automne commence franchement à s’installer et avec la baisse des températures arrivent mes légumes préférés. Au vu des recettes que j’ai publiées sur ce blog, je crois qu’on peut dire que je suis beaucoup plus inspirée par les courges 😀

Ici, j’avais envie d’un plat réconfortant qui ne nécessite pas d’être surveillé et qui mette surtout en avant des produits locaux de saison.

Je ne sais pas si vous avez déjà remarqué, mais beaucoup de céréales et légumineuses vendues en magasin bio ne viennent pas de France. Cela m’a particulièrement interpellée lorsque je me suis retrouvée face à des lentilles vertes de Chine … J’essaie de consommer au maximum local mais j’avoue n’avoir jamais regardé la provenance de produit tel quel les lentilles, tellement persuadée qu’elles étaient françaises !

En cherchant un peu, j’ai donc regardé quelle était l’offre française et je me suis tournée vers le petit épeautre. C’est une céréale encore assez peu connue que j’adore utiliser surtout en farine. Elle a l’avantage de contenir très peu de gluten (7%), elle est riche en magnésium, phosphore et calcium, et renferme les 8 acides aminés essentiels. C’est une céréale ancienne, donc peu transformée (contrairement au blé), et qui est aussi bien de chez nous. On la cultive en Haute-Provence et le petit épeautre possède même une IGP (indication géographique protégée).

Niveau goût, il a une saveur plus prononcée que le blé qui rappelle un peu celle de la noisette. J’ai donc choisi de l’associer avec des légumes un peu « terreux » tels que les champignons et la courge butternut (pour le côté sucré), des noisettes évidemment, et un peu de romarin.

Quantités pour 2 personnes – temps de préparation : 15 min – temps de cuisson : environ 40 minutes (avec une nuit de trempage)

Ingrédients :

  • 120 gr de petit épeautre
  • 150 gr de champignons de Paris (environ 7/8 pièces)
  • 250 gr de courge butternut (environ 1/3 de courge)
  • 1 échalote
  • 1 gousse d’ail
  • 2 cc de romarin séché
  • 10 gr d’huile d’olive
  • 15 gr de tamari*
  • 20 gr de purée de noisette
  • sel et poivre noir
  • pour servir : un brin de persil frais, quelques noisettes concassées, 1 cm de blanc de poireau finement émincé*

Notes :

*j’utilise le tamari pour saler un peu l’eau de cuisson et donner un peu de goût. La quantité indiquée est pour le tamari allégé en sel de la marque Lima. Il faudra sans doute adapter la quantité si vous utilisez un tamari plus fort. Vous pouvez aussi vous en passer, dans ce cas, ajouter davantage de sel.

*les ingrédients utilisés « pour servir » apportent un vrai plus à la recette. Notamment le poireau cru qui a une saveur qui rappelle celle de l’oignon de printemps et apporte du « peps » au plat.

Étapes de la recette :

La veille, mettre le petit épeautre à tremper dans de l’eau.

Le jour J, commencer par émincer l’échalote et l’ail. Réserver. Égoutter et rincer le petit épeautre.

Rincer les champignons à l’eau claire et détailler les en lamelles. Nettoyer la courge et découper la en cubes d’environ 1 cm (vous pouvez garder la peau si elle est bio).

Dans une casserole, faire chauffer l’huile d’olive et faire revenir l’échalote et l’ail pendant 1 minute. Ajouter la butternut et les champignons et laisser revenir de nouveau 1 minute avant d’ajouter le petit épeautre (préalablement égoutté et rincé), le romarin, 4 pincées de sel et 2 pincées de poivre.

Ajouter 900 gr d’eau et le tamari, et laisser mijoter à feu doux/moyen (il doit y avoir une très légère ébullition). Le petit épeautre va cuire environ 35/40 minutes. Surveiller la cuisson de temps pour vérifier que rien n’accroche. La courge va également se réduire un peu en purée et apporter du crémeux.

Lorsqu’il ne reste que très peu d’eau, vérifier la cuisson du petit épeautre; ajouter de l’eau s’il est encore ferme. Si non, ajouter la purée de noisette, mélanger et ajouter un peu de poivre et de sel si besoin.

Servir dans deux assiettes creuses et parsemer de persil frais, de noisettes et de poireau finement émincé. J’ai également décorer l’assiette avec quelques dés de courge rôtie qui me restaient.