Quiche aux carottes, lait de coco et cumin

J’aime beaucoup réaliser des quiches ou des tartes tout au long de l’année. C’est assez rapide à faire, le dîner est prêt pour plusieurs repas d’avance et surtout c’est un bon moyen d’utiliser des légumes un peu passés.

Avec le peu de légumes disponibles sur les étals en ce moment, j’ai fait le choix d’utiliser des carottes pour cette recette mais vous pouvez tout à fait les remplacer par des poireaux par exemple. Il faudra juste penser à les faire cuire un peu plus longtemps avec un fond d’eau.

Pour l’appareil, j’ai utilisé du tofu soyeux (qui selon moi donne vraiment le meilleur résultat en terme de tenue et de texture) mais cette fois mélangé avec du lait de coco. Ce lait, beaucoup plus riche que les autres laits végétaux, apporte plus de moelleux à la quiche et surtout beaucoup de saveur.

Pour la pâte brisée, j’ai utilisé un mélange de farine de riz complet, de maïs et de pois chiches. J’aime particulièrement le goût de cette dernière dans les préparations salées et surtout avec les épices telle que le cumin et la coriandre. En revanche, cette farine est très gourmande en eau, il faut donc ajuster les quantités de liquide par rapport à la version au petit épeautre que j’avais publiée ici.

Quantités pour un moule de 18 cm (4 à 6 parts) – temps de préparation : 20 min, temps de cuisson : 40 min

Ingrédients :

Pour l’appareil

  • 4 carottes (environ 400 gr)
  • 1 oignon
  • 1 cs d’huile d’olive
  • 300 gr de tofu soyeux
  • 150 gr de lait de coco
  • 30 gr de fécule de maïs
  • 1/2 à 1 cc de cumin en poudre (selon votre goût)
  • 1/2 cc de curcuma en poudre
  • 2 pincées de coriandre en poudre
  • sel, poivre

Pour la pâte brisée

  • 100 gr de farine de riz complet
  • 50 gr de farine de maïs
  • 50 gr de farine de pois chiches
  • 50 gr d’huile d’olive
  • 60 gr d’eau
  • sel

Étapes de la recette :

Commencer par faire revenir la cuillère d’huile dans une poêle sur feu moyen. Émincer l’oignon et le faire revenir quelques minutes. Éplucher et râper les carottes (de préférence avec le plus gros trou de la râpe pour garder pus de « mâche ») et faire revenir avec l’oignon. Ajouter ensuite la coriandre en poudre, une demie cuillère à café de cumin en poudre, du sel et du poivre et laisser revenir à feu doux pendant une dizaine de minutes.

Pendant ce temps, préparer la pâte brisée : mélanger les farines et le sel dans un bol et ajouter l’huile et l’eau. Mélanger du bout des doigts afin de former une boule. Abaisser la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie et la déposer sur un moule préalablement huilé et fariné. Si la pâte se casse (ce qui est possible si comme moi vous utilisez un moule à bords hauts), il suffit de recoller des morceaux de pâtes et de bien tasser. Après cuisson, la pâte va bien se tenir.

Piquer le fond de tarte à l’aide d’une fourchette et réserver au frais.

Préparer enfin l’appareil de la quiche. Verser le tofu soyeux, le lait de coco et la fécule dans le bol du blender et mixer. Ajouter ensuite le sel, poivre, curcuma (pour donner une jolie couleur jaune) et une demie cuillère à café de cumin supplémentaire. Mixer de nouveau.

Mélanger cet appareil aux carottes et verser le tout sur le fond de tarte. C’est à ce moment là que j’égalise les bords de ma tarte pour laisser seulement un demi centimètre dépasser.

Enfin, faire cuire la tarte au four environ 40 minutes à 190 degrés. Patienter 10 à 15 minutes avant de la découper.

« Oatmeal cookies » aux fruits secs

Les « oatmeal cookies » sont un autre classique des pâtisseries anglo-saxonnes. Ils sont réalisés à partir de farine et de flocons d’avoine mais j’ai inversé ici les proportions en mettant bien plus de flocons afin d’obtenir un biscuit plus moelleux à l’intérieur et moins proche d’un cookie.

Ces cookies sont généralement réalisés avec des pépites de chocolat ou des raisins secs et, pour ma part, j’ai choisi de les agrémenter de divers fruits secs coupés en dés et de graines. Cela en fait un petit en-cas parfait en milieu d’après midi !

De plus, avec les quantités ci-dessous, j’obtiens 6 cookies assez épais. Cela permet justement de garder le côte moelleux à l’intérieur. Si vous souhaitez un résultat plus croustillant, vous pouvez tout à fait les aplatir davantage.

Quantités pour 6 gros cookies – temps de préparation : 10 min et 15 min de cuisson

Ingrédients :

  • 120 gr de petits flocons d’avoine
  • 40 gr de farine sans gluten*
  • 50 gr de sucre complet (type muscovado, rapadura)
  • 50 gr d’huile neutre*
  • 30 gr de poudre d’amandes
  • 70 gr de compote de pommes sans sucre ajouté
  • 70 gr d’un mélanges de fruits secs et graines*
  • 1 cc de cannelle en poudre
  • 1/2 cc d’extrait de vanille
  • 1 cc de levure chimique

Notes :

*en général j’utilise 20 gr de farine de riz complet et 20 gr de farine de maïs (qui apporte davantage de liant) mais cela fonctionne tout aussi bien avec uniquement de la farine de riz ou de maïs. En revanche je n’ai pas essayé avec le sarrasin mais je trouve qu’elle apporte un côté un peu trop « lourd » en pâtisserie

*je vous conseille d’utiliser une huile assez neutre en goût. J’ai une préférence pour l’huile de pépins de raisin mais vous pouvez aussi utiliser de l’huile de colza ou même de l’huile d’olive. J’aime aussi beaucoup utiliser les huiles de la marque Quintesens car elles se composent d’un mélange de diverses huiles ce qui permet d’avoir un apport nutritionnel assez complet

*vous pouvez mettre le mélange de graines et fruits secs de votre choix. Ici, j’ai pris un mélange tout prêt disponible en magasin bio, le mélange énergie, qui se compose de dattes, figues, cranberries, graines de tournesol, de courge etc…

Étapes de la recette :

Déposer les ingrédients secs dans un bol (flocons d’avoine, farine, sucre, poudre d’amande, levure et épices) puis ajouter la compote de pommes et l’huile et mélanger à l’aide des doigts.

Ajouter ensuite les fruits secs et graines de votre choix.

Lorsque la préparation est bien homogène, former 6 boules et les aplatir sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Je garde une épaisseur d’environ 1.5/2 cm.

Il n’est pas nécessaire de beaucoup les espacer car les cookies ne vont pas s’étaler, ils vont simplement gonfler un peu.

Faire cuire les cookies environ 15 minutes à 190/200 degrés à chaleur tournante. Je mets en général le four en position grill les deux dernières minutes afin de bien faire dorer les cookies.

Après quelques minutes de refroidissement vous obtiendrez des cookies bien moelleux à l’intérieur. Je préfère les manger lorsqu’ils sont encore un peu tiède mais vous pouvez très bien les conserver 2 jours dans une boîte hermétique.

Salade thaï à la cacahuète

Avec l’arrivée des beaux jours, l’envie de manger un peu plus de légumes crus se fait sentir et je me tourne plus facilement vers des salades. Mais c’est encore un peu tôt pour profiter des tomates, concombre et compagnie alors cette salade est un bon compris pour patienter un peu.

J’utilise ici du chou rouge, des carottes et des pousses de haricots mungo et, en plein été, je les remplace par des courgettes et des poivrons.

C’est une salade très simple et très rapide à faire et tout repose sur la sauce crémeuse qui l’accompagne. J’utilise de la purée de cacahuètes mais si vous n’aimez pas, vous pouvez tout à fait la remplacer par de la purée d’amandes ou de cajou.

Enfin, n’hésitez pas à varier les « sortes » de nouilles. J’ai privilégié les nouilles de riz complet (plus riches en nutriments et en fibres) mais vous pouvez tout aussi bien utiliser des nouilles de riz blanc ou encore des nouilles soba (attention, certaines sont réalisées à partir de blé ou d’un mélange blé/sarrasin).

Quantités pour 4 personnes – temps de préparation : 15/20 min

Ingrédients :

  • 200 gr de nouilles de riz (de préférence complet)
  • 1/2 chou rouge
  • 200 gr de pousses de haricots mungo
  • 4 carottes
  • 200 gr d’edamame

Pour la sauce

  • 2 cs bombées de purée de cacahuètes
  • 2 cs de tamari
  • 2 cc de vinaigre de riz
  • 1 cs de sirop d’agave
  • 1 cc de gingembre en poudre
  • le jus d’un citron vert

Pour servir

  • 1 citron vert
  • 4 cs de cacahuètes hachées
  • quelques brins de coriandre

Étapes de la recette :

Commencer par porter une casserole d’eau à ébullition pour y cuire les pâtes. Attention, la plupart des nouilles de riz ou de sarrasin nécessitent d’être préalablement trempées une dizaine de minutes dans de l’eau froide avant cuisson.

Pendant la cuisson des pâtes, préparer les légumes : éplucher et râper les carottes, détailler le chou rouge en fines lamelles, écosser les edamame et ajouter enfin les pousses de haricots mungo.

Préparer ensuite la sauce, diluer la purée de cacahuètes avec le tamari et le sirop d’agave. Puis ajouter le gingembre en poudre, le vinaigre de riz et le jus de citron.

Égoutter les nouilles et rincer les bien sous l’eau froide. Cela permettra d’arrêter la cuisson et d’éviter qu’elle ne collent. Laisser les s’égoutter quelques minutes.

Au moment de servir, si les pâtes sont légèrement collées, vous pouvez ajouter un peu d’eau froide pour les décoller. Lorsque j’en fais trop, je les conserve également dans un bol avec un tout petit peu d’eau froide.

 

Cheesecake au « peanut butter »

J’avais déjà publié une recette de cheesecake cet hiver à base de potimarron (recette ici) afin de me rapprocher de la « pumpkin pie » mais pour ce deuxième essai, j’avais envie de me rapprocher le plus possible du cheesecake « traditionnel » (réalisé à partir de Philadelphia) avec un dessert bien haut et une crème assez dense.

J’ai donc gardé l’idée du « cream cheese » que j’ai associé cette fois à du tofu soyeux. Celui-ci apporte un peu de légèreté au gâteau et joue aussi le rôle de liant. Le « cream cheese » quant à lui, apporte du crémeux à l’appareil et sa saveur rappelle celle du fromage frais.

Pour rester dans des saveurs américaines, j’ai choisi de faire cette recette avec de la purée de cacahuètes et du sirop d’érable, qui se marie très bien avec. D’habitude, je n’aime pas utiliser beaucoup de purée d’oléagineux dans mes recettes car ces produits restent relativement coûteux. Mais à l’inverse de l’amande ou de la noix de cajou, la purée de cacahuètes restent abordable (de l’ordre de 4/5 euros le pot de 250 grammes).

J’ai également retravaillé le fond biscuité pour me rapprocher du goût des « graham crackers » utilisés traditionnellement. Le fond est toujours à base de flocons d’avoine mixés mais l’ajout de sucre complet et d’épices (cannelle, vanille et un peu de 4 épices) rappelle la saveur de ces biscuits.

Enfin, cette recette est très simple mais il faudra penser à la préparer 48h à l’avance, le temps d’égoutter le yaourt de soja (24h) et de laisser le cheesecake prendre au frais (de préférence une nuit).

Quantités pour un moule de 18 cm de diamètre (soit 6/8 parts) – temps de préparation : 15/20 min (cuisson environ 1h15 au total)

Ingrédients : 

Pour le fond biscuité

  • 80 gr de flocons d’avoine mixés
  • 40 gr de poudre d’amandes
  • 20 gr de sucre complet (type rapadura, muscovado ou de coco)
  • 40 gr d’huile de coco fondue
  • 20 gr de lait végétal au choix (amande pour moi)
  • 1 cc d’extrait de vanille
  • 1 cc de cannelle
  • 1/2 cc de 4 épices

Pour la crème

  • 1 pot de 400 gr de tofu soyeux (375 gr poids net égoutté)
  • 1 pot de 400 gr de yaourt de soja nature (soit 250 gr après égouttage)*
  • 70 gr de purée de cacahuètes*
  • 70 gr de sirop d’érable*
  • 40 gr de fécule de maïs
  • les graines d’une gousse de vanille (ou 1 cc d’extrait)

Pour décorer

  • 1 cs d’huile de coco
  • 1 cc bombée de cacao non sucré
  • 2 cc de sirop d’érable
  • 2 cs de cacahuètes non salées

Notes :

*je vous conseille d’utiliser un yaourt de soja avec un goût assez léger. J’utilise en général la marque Sojade ou Provamel (mais je vous déconseille les sojasun!)

*il s’agit de purée de cacahuètes (100% oléagineux) et non de beurre de cacahuètes (qui contient également de l’huile, du sucre et souvent du sel). J’ai utilisé celle de la marque Jean Hervé

*si vous souhaitez une saveur plus prononcée de cacahuètes, vous pouvez augmenter les quantités jusqu’à 100 grammes. Pour ma part, je préférais une saveur douce afin de garder le côté « frais » et légèrement acidulé du « cream cheese ». Idem pour le sirop d’érable, vous pouvez augmenter à 100 grammes pour les becs sucrés.

Étapes de la recette :

Commencer par mettre le yaourt de soja à égoutter. Pour cela, déposer une grande compresse (ou une étamine si vous avez) dans le fond d’une passoire (ou tamis) et verser le yaourt dessus. Déposer la passoire au-dessus d’une assiette creuse et laisser reposer 24h au réfrigérateur. Cela va permettre d’égoutter le yaourt (de le débarrasser de son eau) et de ne garder que la partie la plus crémeuse. C’est cette base qui va nous servir de « cream cheese ».

Lorsque le « cream cheese » est prêt, commencer par le fond du cheesecake : mixer les flocons d’avoine en farine et mélanger les du bout des doigts avec le sucre, la poudre d’amande, l’huile de coco fondue et les épices jusqu’à obtenir une pâte sablée. Ajouter enfin le lait pour lier le tout.

Déposer la préparation dans un moule à manqué et bien tasser le tout. Faire cuire au four 10 à 15 minutes à 180 degrés, juste le temps de faire dorer le biscuit.

Préparer ensuite la crème du cheesecake. Pour cela, il suffit simplement de mixer l’ensemble des ingrédients dans un blender. Commencer par le tofu soyeux (égoutté) et le « cream cheese ». Lorsque le mélange est homogène, ajouter le sirop d’érable, la purée de cacahuètes et la vanille. Mixer de nouveau et ajouter enfin la fécule de maïs. Si vous ne possédez pas de blender, vous pouvez également utiliser un mixeur plongeant ou encore un fouet mais, dans ce cas, le résultat risque d’être un peu moins lisse.

Verser la préparation dans le moule, lisser à la spatule si besoin et faire cuire au four à 160 degrés pendant 50 à 60 minutes (chaleur tournante). Le cheesecake est cuit quand seul le centre est encore un peu « tremblotant » (la couleur est un peu plus claire au centre).

A la fin de la cuisson, laisser le cheesecake refroidir à température ambiante puis réserver le au frais pendant au moins 6h (idéalement une nuit).

Il ne reste plus qu’à le décorer : pour cela, mélanger le cacao, le sirop d’érable et l’huile de coco fondue pour obtenir un coulis. A l’aide d’une cuillère, prélever un peu de chocolat et tracer quelques lignes sur le cheesecake. Ajouter enfin quelques cacahuètes grossièrement hachées.

Penser à sortir le cheesecake du réfrigérateur au moins 15 minutes avant de le servir pour qu’il ne soit pas trop froid.

Porridge salé au pesto, champignons et kale

Le porridge est un incontournable du petit déjeuner anglo-saxon et il s’est véritablement démocratisé en France ces dernières années. Pourtant, on trouve encore peu de recettes salées alors qu’on peut tout autant le décliner à l’infini!

Le résultat est aussi crémeux qu’un risotto mais la cuisson est beaucoup plus facile et rapide, alors pourquoi s’en priver !

J’ai utilisé des flocons d’avoine car ce sont les plus répandus et les plus neutres en goût , et aussi les plus abordables, mais vous pouvez tout à fait varier. J’aime particulièrement utiliser les flocons de légumineuses (pois chiches par exemple) afin d’avoir une saveur un peu plus relevée. Attention toutefois à adapter la quantité de liquide car les flocons n’ont pas tous la même capacité d’absorption.

Ce porridge salé était également l’occasion d’utiliser le parmesan de la marque Violife que j’ai récemment goûté pour la première fois. Je dois avouer que je suis assez bluffée par le goût! Je le trouve juste un peu trop salé et l’odeur est un peu trop forte je trouve. Si vous n’en avez pas, remplacer le simplement par des noix de cajou mixées avec un peu de levure maltée, d’ail en poudre et de sel.

Quantités pour 2 personne – temps de préparation et cuisson : 15/20 min

Ingrédients :

  • 100 gr de petits flocons d’avoine
  • 400 gr d’eau
  • 1 cs de pesto vegan (marque Sacla pour moi)
  • 1/3 de cube de bouillon (sans huile de palme de préférence)
  • 300 gr de champignons de Paris
  • 4 branches de chou kale
  • 1/2 oignon
  • 1 petite gousse d’ail
  • 1 cs d’huile d’olive
  • 1 filet de tofu à l’ail des ours (marque Taifun)
  • quelques copeaux de parmesan Violife
  • sel, poivre

Étapes de la recette :

Déposer les flocons d’avoine et l’eau dans une casserole et laisser les flocons gonfler le temps de préparer les légumes.

Faire chauffer la cuillère à soupe d’huile d’olive dans une poêle. Détailler l’oignon et la gousse d’ail en dés et faire revenir quelques minutes à feu moyen.

Nettoyer et émincer les champignons et ajouter les dans la poêle. Saler et poivrer. Laisser cuire quelques minutes.

Pendant ce temps, faire chauffer la casserole avec les flocons à feu moyen/ doux et ajouter le bouillon cube. L’astuce pour avoir un porridge bien crémeux est une cuisson douce assez longue (au moins 10 minutes). Penser également à remuer la préparation régulièrement avec une cuillère en bois.

Faire chauffer une seconde poêle et ajouter le tofu détaillé en dés. Je n’ajoute pas d’huile car ce tofu est déjà assez gras (penser également à l’éponger dans un peu d’essuie tout avant de le poêler pour retirer l’excédent d’huile). Cuit ainsi, vous aurez un tofu légèrement croustillant.

Ajouter enfin les feuilles de kale dans la poêle avec les champignons et poursuivre la cuisson quelques minutes.

Le porridge devrait également être cuit, ajouter la cuillère à soupe de pesto et servir de suite accompagné de la poêlée de légumes, du tofu et de quelques copeaux de parmesan.

Pain sans gluten (sans moule)

Pour toute personne qui a une alimentation sans gluten, le pain est l’aliment qui peut manquer le plus. Si l’on en trouve maintenant facilement en supermarché (bio ou non), je trouve la texture très sèche. La composition n’est également pas très alléchante car on peut y trouver de la graisse de palme, du dextrose, des épaississants etc (et si vous êtes vegan, lisez bien les étiquettes car certains contiennent des œufs et/ou du lait).

Réaliser soi même son pain me semble être une meilleure option. D’autant plus que le pain sans gluten peut être finalement plus simple à réaliser car les farines sans gluten ne sont pas panifiables (il n’est donc pas nécessaire de pétrir la pâte, geste qui peut être un peu délicat). Il existe également des mix sans gluten tout prêts mais acheter vos farines séparément vous reviendra moins cher et vous pourrez contrôler ce que vous mettez dedans et même varier les farines pour jouer sur les saveurs.

Vous trouverez beaucoup de recettes de pains sans gluten sur internet mais  la pâte est très liquide et nécessite un moule (type moule à cake). Ce n’est pas un inconvénient en soi mais j’aime pouvoir réaliser de petits pains individuels par exemple. La recette que je vous propose peut donc se travailler à la main et vous pourrez lui donner la forme que vous souhaitez.

Quantités pour 1 pain d’une dizaine de tranches ou 5/6 petits pains – temps de préparation : 15 min + 1h de levée et 45 min de cuisson

Ingrédients :

  • 270 gr d’eau tiède
  • 5 gr de levure de boulanger sèche
  • 100 gr de farine de riz complet + 3 à 4 cs (pour façonner le pain)
  • 50 gr de farine de sarrasin
  • 50 gr de farine de teff
  • 50 gr de fécule de mais
  • 10 gr d’huile d’olive + 1 cs pour la cuisson
  • 10 gr de graines de lin moulues
  • 10 gr de psyllium blond*
  • 1/2 cc de sel (ou plus selon votre goût)

Notes:

*le psyllium est une poudre issue d’une plante et est très riche en fibres, il est habituellement utilisé pour lutter contre les maux intestinaux (pour régulariser le transit) mais il est très intéressant en cuisine pour remplacer le gluten et apporter du moelleux aux préparations

Étapes de la recette :

Dans un bol, mélanger l’eau tiède et la levure et laisser agir environ 5 à 10 min. L’eau tiède va permettre d’activer la levure.

Ajouter ensuite les farines et la fécule et mélanger. J’utilise mon batteur électrique qui a un embout « pétrin » mais vous pouvez également utiliser une cuillère en bois, ce sera juste un peu plus long car la pâte est très collante. Ajouter ensuite l’huile d’olive, les graines de lin, le psyllium et le sel. Continuer de mélanger jusqu’à ce que le mélange soit homogène.

Fariner votre plan de travail avec les deux cuillères à soupe de farine de riz et déposer votre pâte dessus. Celle-ci est toujours collante mais à mesure que vous allez la pétrir et intégrer un peu de farine elle va se détacher et former une boule. C’est signe que votre pâte est prête.

Il ne vous reste plus qu’à lui donner la forme souhaitée et à la laisser lever une heure sur une plaque (allant au four et recouverte de papier sulfurisé) sous un linge humide. Personnellement, je fais lever mon pain dans mon four préchauffé 2/3 min à 100 degrés (avant de commencer la recette). Ainsi, je suis sûre que le pain sera dans un droit assez chaud et humide.

Au terme de la levée, déposer un peu d’huile d’olive sur le pain (cela va permettre d’avoir une plus jolie croûte) et faites cuire 45 min environ à 210 degrés (moins si vous avez réalisé de petits pains).

Le pain obtenu a une mie dense mais très moelleuse et a surtout une tenue parfaite.

Crêpes sans gluten

Après le banana bread, j’avais envie de poursuivre mes essais avec la farine de pois chiches dans les recettes sucrées.

Grâce à ses propriétés liantes, cette farine est très intéressante dans la cuisine vegan et sans gluten mais son goût prononcé n’est pas apprécié de tous.

J’avais envie de retenter l’expérience avec des crêpes cette fois. Habituellement, je fais plutôt des pancakes ou des mini crêpes car la cuisson est plus rapide et beaucoup moins délicate. En effet, je fais très rarement des crêpes vegan et sans gluten car elles se déchirent souvent et je n’avais pas encore trouvé de recette qui me convenait, qui soit à la fois simple et rapide.

J’ai donc utilisé ici un peu de farine de pois chiches et de fécule de maïs pour jouer le rôle de liant ainsi que de la purée d’oléagineux qui apport du moelleux sans que les crêpes ne soient trop grasses.

Pour que les crêpes restent bien moelleuses, je vous conseillent de les couvrir d’une assiette au fur et à mesure afin de garder la chaleur (ce qui permet de créer un peu d’humidité).

Quantités pour environ 10 crêpes – temps de préparation 5 min + 1h de repos

Ingrédients :

  • 30 gr de farine de maïs ou de pois chiches
  • 40 gr de fécule de maïs
  • 90 gr de farine de riz complet
  • 20 gr de sucre blond (non raffiné de préférence)
  • 30 gr de purée de cajou ou d’amande
  • 1 cs d’huile neutre + un peu pour la cuisson
  • 380 à 400 gr de lait de soja
  • 1 cc d’extrait de vanille
  • 1 cs de rhum ambré ou de liqueur d’orange (facultatif)

Étapes de la recette :

Dans un bol, ajouter les farines, la fécule, le sucre et la vanille et mélanger au fouet avec 150 gr de lait de soja dans un premier temps. Ajouter ensuite la purée d’oléagineux (cela permet de bien l’intégrer à la préparation).

Ajouter ensuite le reste du lait petit à petit, puis la vanille et le rhum ou la liqueur si vous le souhaitez.

Laisser reposer la pâte au réfrigérateur pendant une heure. Après le temps de pause, si la pâte a un peu épaissit, ajouter 1 ou 2 cuillère à soupe de lait.

Faire ensuite chauffer un peu d’huile dans une crêpière. Lorsque celle-ci est bien chaude, verser une petite louche de pâte à crêpe et bien la répartir en inclinant la poêle. Cela vous permettra d’avoir des crêpes assez fines.

Lorsque les bords commencent à sécher, décoller les à l’aide d’une spatule et retourner la crêpe afin de la cuire quelques instants de l’autre côté. Personnellement, je les retourne à la main en décollant juste les bords avec la spatule. Je trouve que cela va plus vite et l’opération est moins délicate.

Procéder ainsi avec le reste de la pâte. Selon la qualité de votre poêle, vous aurez sans doute besoin de remettre un peu d’huile entre chaque crêpe.

Conserver ensuite les crêpes sous une assiette au fur et à mesure  : cela va permettre de les garder au chaud et de créer un peu de vapeur, et donc d’eau, afin que les crêpes restent moelleuses. Les crêpes vegan et sans gluten ont en effet tendance à s’assécher plus vite (au risque de se casser).

Vous pouvez accompagner les crêpes d’une pâte à tartiner maison par exemple. Pour changer un peu, j’ai réalisé ici une crème de cajou à la caroube : j’ai dilué 1 grosse cuillère à soupe de caroube avec 2 cuillères à café de purée de noix de cajou, 2 de sirop de dattes, un peu de lait végétal et de vanille.